Patrick Heidsieck

Home  »  Patrick Heidsieck

Patrick Heidsieck (1939-2007)

La présence de Patrick Heidsieck au sein la collection Sainte-Anne est le fruit d’une donation de la famille de l’artiste qui, à sa mort, s’est mise en quête d’un lieu particulier afin d’assurer à ses œuvres une pérennité certaine et de les voir exposées dans la continuité de sa démarche artistique.

Né en 1939 à Reims, Patrick Heidsieck développe des troubles à un âge précoce. Selon les propos de sa mère, l’enfant manifeste une indifférence au monde qui l’entoure. C’est d’ailleurs grâce à elle qu’il apprend à marcher et à parler, comme en témoignent les cahiers d’apprentissage de l’artiste, dont le MAHHSA est le dépositaire.

Suite au décès de sa mère, les efforts conjugués de sa famille lui offrent un environnement favorable et une vie sans hospitalisation, ce qui lui permet de continuer à pratiquer la peinture et le dessin. Un moyen d’expression, comme il le souligne dans ses carnets : « Moi j’aime la peinture c’est une source de renouvellement et de joie de pouvoir s’exprimer, et d’y atteindre un but ».

Patrick Heidsieck convoque à la fois les genres du portrait, du paysage et de la nature morte. Les œuvres de la collection Sainte-Anne présentent en grande majorité des études de figures humaines qui possèdent, pour une grande partie, des traits semblables. Celles-ci sont systématiquement intégrées sur un fond de couleur unie ou représentant un paysage, une architecture, un intérieur. L’artiste réalise souvent ses œuvres au feutre ajoutant, au sein de certaines compositions, une utilisation de l’encre de Chine. Tandis que le feutre donne un trait apparent et vif au dessin, l’encre apporte des contours noirs marqués qui évoquent, d’une certaine manière, le primitivisme.

De surcroît, ces contours noirs associés aux traits physionomiques caractéristiques de ses personnages ne sont pas sans rappeler l’œuvre de Matisse, Portrait de Madame Matisse, conservée au musée de l’Ermitage de Saint-Pétersbourg ou encore les nombreuses figures d’Amedeo Modigliani. C’est le cas notamment du portrait de 1962 : les sourcils dessinés dans le prolongement de l’arête du nez, ainsi que les yeux en amende et une bouche à demi souriante sont des traits éminemment distinctifs.

Les productions de Patrick Heidsieck s’étalent sur une large période. Si les années 1960 à 1980 sont caractérisées par l’étude des portraits et des paysages, on note une véritable évolution au début des années 2000 avec la réalisation de compositions abstraites mêlant harmonieusement courbes et droites. L’œuvre datée des années 2000, réalisée au feutre, présente un ensemble de formes libres d’inspiration végétale aux couleurs vives qui offrent une composition équilibrée.

Depuis leur acquisition en 2015, les œuvres de Patrick Heidsieck ont été présentées lors des expositions Brut et Joli, du 17 septembre au 18 décembre 2016 et Rien à voir. Quand la création échappe au symptôme, du 13 septembre au 22 décembre 2019.

Patrick Heidsieck
Sans titre
1962
Feutre et encre de Chine sur papier
26,5 x 21 cm
Musée d’Art et d’Histoire de l’Hôpital Sainte-Anne
©CEE-MAHHSA Dominique Baliko

Patrick Heidsieck
Sans titre
Vers 2000
Feutre sur papier collé sur carton
55 x 45,5 cm
Musée d’Art et d’Histoire de l’Hôpital Sainte-Anne
©CEE-MAHHSA Dominique Baliko

Facebook
Facebook
Instagram