Gaston Duf

Home  »  Gaston Duf

Gaston Duf

Gaston Duf (ou Gasduf) 1920 – 1966

Gaston Duf, de son vrai nom Gaston Dufour,  est un des artistes les plus connus de la Collection Sainte-Anne.

Il est identifié très tôt comme auteur d’une œuvre singulière, s’apparentant soit aux œuvres d’Art Brut telles que Dubuffet les a définies, soit aux œuvres d’art psychopathologique selon les catégorisations de Robert Volmat.

Gaston Duf est né en 1920 dans un village minier du Pas-de-Calais, où il fut ouvrier manœuvre à la mine pendant quelques années. En juillet 1940, alors âgé de 20 ans, Gaston Duf est interné à l’hôpital Saint-Jean-de-Dieu de Saint-André-lez-Lille.

Gaston Duf n’avait pas de formation artistique et il n’avait jamais dessiné ou peint avant son enfermement. Plusieurs années d’hospitalisation s’écoulent avant que son médecin ne remarque qu’il dissimule de curieux dessins dans la doublure de ses vêtements.

Pendant les premières années d’internement, les observations médicales décrivent une personne calme et apathique. A partir de 1944 son entourage note une période plus positive : il semble moins isolé et travaille avec soin, au ménage des dortoirs, ce qui est une activité fréquemment encouragée chez les patients des asiles à cette époque-là.

Son isolement n’est pas la manifestation d’une absence d’affect ou de créativité. Son activité graphique, bien que dissimulée les premières années, est déjà importante. Il dessine sur des morceaux de journaux, sur des papiers hétéroclites, une sorte de monstre – toujours le même – qu’il appelle rhinocèros. En réalité, il représente sur ces petits supports de piètre qualité des animaux monstrueux dont la forme rappelle plus ou moins cet animal. Mais dès le début, son œuvre peut être caractérisée par une déclinaison à l’infini de cette figure. Le terme même de « rhinocéros » varie de multiples fois au cours des différentes réalisations, faisant de cet animal un objet esthétique à part entière entre écrit et image.

Cette passion secrète et énigmatique pour le dessin est alors encouragée discrètement par les médecins de l’hôpital qui lui fournissent des papiers, des crayons mais aussi des couleurs. Dès lors, son œuvre plastique évolue progressivement : des couleurs de plus en plus vives apparaissent et les formats s’agrandissent. Quelques autres formes animales accompagnent ponctuellement le rhinocéros, bien que ce dernier semble rester central dans l’imaginaire de l’artiste.

Son parcours intéresse Jean Dubuffet qui tente de recueillir quelques explications quant aux œuvres de l’artiste, en lui rendant visite à l’hôpital. Il le surnomme d’ailleurs « Gaston le zoologue ».

En 1953, Gaston Duf abandonne ses crayons et ses pinceaux en disant d’un ton mystérieux et confidentiel à ses médecins « je ne dois pas dessiner », comme s’il en avait reçu l’interdiction, peut-être de la même façon qu’il en avait reçu l’encouragement auparavant.

La Collection Sainte-Anne conserve une œuvre de Gaston Duf, donnée après l’Exposition internationale d’art psychopathologique de 1950.

 

 

Expositions

Exposition internationale d’art psychopathologique,  Centre hospitalier Sainte-Anne, Paris, 29 septembre a 22 octobre 1950.

Paris – Paris,Centre Georges Pompidou, Paris, du 28 mai au 2 novembre 1981.

De Sainte-Anne et d’ailleurs, Collections anciennes du CEE, Université René Descartes Paris V, Galerie Saint-Germain, Paris, du 27 juin au 11 juillet 2000

La clé des champs, Galerie nationale du Jeu de Paume, Paris, du 8 juillet au 28 septembre 2003.

Rouge, Centre hospitalier Sainte-Anne, Musée Singer-Polignac, Paris, du 16 septembre au 10 octobre 2004

La couleur des mots, l’écriture dans la peinture, Centre hospitalier Sainte-Anne, Musée Singer-Polignac, Paris, du 5 septembre au 21 octobre 2007

Les Bêtes, Centre hospitalier Sainte-Anne, Musée Singer-Polignac,  Paris, du 20 septembre au 30 novembre 2014

Gaston Duf
Riqûme Rônâûzerâûse
Avant 1950
Gouache sur papier
28 x 36 cm
Inv. 0270
Musée d’Art et d’Histoire de l’Hôpital Sainte-Anne
© CEE-MAHHSA Dominique Baliko

Facebook
Facebook
Instagram