L'actualité du musée

Exposition

Elle était une fois : Acte II, Autour de 1950

Du 1er décembre 2017 au 28 février 2018

Cette exposition s’inscrit dans la continuité de la précédente. Son propos est davantage axé sur la particularité de l’existence de cette Collection. L’accent sera mis sur l’importance de l’exposition présentée à Sainte-Anne en 1950, à l’occasion du Premier Congrès Mondial de Psychiatrie. Cette exposition qui montra au public près de 2000 œuvres de patients-artistes, marqua la réelle naissance de la collection en tant que corpus défini, protégé et valorisé. C’est à ce moment-là qu’eurent lieu de nombreux dons internationaux.

Conférence

L’exposition de Jean Dubuffet à la Galerie Drouin en 1949

Conférence de Sarah Lombardi, Directrice du Musée d’Art brut de Lausanne,
Jeudi 7 décembre, 19 heures, Amphithéâtre Morel, Centre hospitalier Sainte-Anne,
Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles.
Réservation à accueil@musee-mahhsa.com

Centre hospitalier Sainte-Anne,
1 rue Cabanis, Paris 14è

Soirée concert

L'ensemble Zellig

Quand la musique instrumentale rend hommage à l’opéra…. Des variations du jeune Beethoven sur le fameux duo de Don Giovanni à l’éblouissante fantaisie de Piotr Moss sur des airs d’Offenbach, on reconnaitra, par-delà les époques, une démarche au fond très proche, si ce n’est, chez le compositeur franco-polonais, l’humour en plus.
Plus audacieuse en son principe,  la merveilleuse romance de Marguerite de La Damnation de Faust devient, dans la version qu’en donne l’Ensemble Zellig, un bouleversant mélodrame romantique où l’art de Berlioz accueille les échos de la sublime prose de Balzac du Lys dans la Vallée…

Le 14 décembre 2017 à 19h au musée
Centre hospitalier Sainte-Anne, 1 rue Cabanis, Paris 14è

Participation 5 euros.
Site internet de l’ensemble Zellig : www.zellig.fr/

/// En savoir plus sur cette soirée

Nouvelle parution du MAHHSA

Entre art des fous et art brut, la Collection Sainte-Anne

Au-délà de l’engouement du monde artistique et psychiatrique pour « l’art des fous », puis pour « l’art brut », la Collection Sainte-Anne a toujours su garder sa singularité, constituant un support de réflexion quant à l’identité de l’homme qui s’engage dans un processus de création, qu’il soit malade ou non.

Ce livre présente les œuvres, parfois fort anciennes et rares, qui sont à l’origine de ce fonds. Elles sont remarquables par la multiplicité de leurs styles et de leurs intentions, et parmi elles, certaines ont permis, dans les années 1949-1950, à l’artiste Jean Dubuffet et au médecin Robert Volmat de confronter leurs expériences de l’art et de la folie, au travers de la présentation inédite d’artistes communs.

Une réalisation du Musée d’Art et d’Histoire de l’Hôpital Sainte-Anne

Somogy Editions d’Art – MAHHSA

Un artiste de la Collection Sainte-Anne

Focus sur l'artiste Marius Génin

Dans la première moitié du 20è siècle, l’anonymat des auteurs était une convention, voire une décision. Nous n’avons donc aucune information sur cet artiste. Ses œuvres étant signées, nous avons pu redonner son identité à l’auteur.
Génin, mais aussi Gay, de Golberry, Tray,  Vernus, Housset, Carreau, Van Oss, Anonyme, exposés actuellement au Musée d’Art et d’Histoire de l’Hôpital Sainte-Anne (MAHHSA), sont des artistes que le docteur Charpentier avait particulièrement remarqués.
Les deux œuvres de Marius Génin proviennent de l’hôpital du Vinatier. Elles ont été exposées en 1950 lors de l’Exposition internationnale d’Art psychopathologique de Sainte-Anne.

La Collection Sainte-Anne

Des expositions d’art, ouvertes au grand public, ont été présentées dès 1946 au sein de L’Hôpital Sainte-Anne. En 1950, l’Exposition internationale d’art psychopathologique, a accueilli de nombreux visiteurs et a fait l’objet de nombreuses critiques dans la presse. Il s’agissait de présenter les œuvres de « patients-artistes » de différents pays du monde. L’aspect artistique et l’émotion esthétique étaient la principale préoccupation des organisateurs. Cette exposition remarquable fut fondatrice  de l’histoire de la constitution de la collection et de la genèse du Centre d’Etude de l’Expression.

Depuis 60 ans, cette collection s’est considérablement enrichie grâce aux dons de psychiatres, d’institutions ou de patients.  Cette collection est unique par son nombre, sa diversité, sa valeur patrimoniale historique et esthétique.

Ce patrimoine, à la fois scientifique et artistique, a fait l’objet de travaux de restauration, d’archivage et de recherches depuis ne vingtaine d’années.

À ce jour, les expositions sont les uniques occasions de rendre publiques ces œuvres, dont certaines sont très connues et inscrites dans les mouvements artistiques de leur époque.

Depuis juillet 2016, la Collection Sainte-Anne et son projet muséal ont reçu l’appellation « Musée de France ».